DIY: Comment éviter de se couper les cheveux toute seule!!

Combien de tutos sur la toile vantent le coupage de cheveux maison!

 « Salut les filles! aujourd’hui je vais vous montrer comment couper vos cheveux simplement en deux coups de ciseaux ! »

FAUX FAUX FAUX archi FAUX!

cheveux 1 Bon, tout à commencé lorsqu’une petite de 15 ans que j’apprécie au demeurant m’a ouvertement sorti « mais toi c’est trop dommage tes cheveux ça se voit ils sont trop secs sur les pointes »

OK… je souris… mais je note.  Je sais qu’elle n’a définitivement pas tort!

Couper des pointes sur cheveux longs c’est cher et ça m’énerve de mettre 50 euros dans trois coups de ciseaux! À ce propos, qui a décidé un jour que les coupes courtes devaient coûter moins cher que les coupes sur cheveux longs? Où est la logique? Pensez-vous sérieusement que reprendre la coupe courte et asymétrique de Rihanna demandera moins de travail que couper mes pointes d’une traite sur la même longueur? Euh… franchement je ne crois pas!!

Bref, dès le lendemain je me lance à la recherche de tutoriels pour couper « facilement » les 10 cm de cheveux qui m’empêchent d’avoir une crinière pleine de vie. Ah oui, j’oubliais, est-ce normal que toutes les filles à l’origine de ces tutos aient les cheveux lisses? C’est une question que j’aurai pu, non pardon que j’aurais dû, me poser avant!

Bref ma recherche de tuto évolue et je tombe sur un véritable cours de professionnel de la coiffure sur tête en plastique d’une demie-heure. Le truc est si bien expliqué que je m’y vois déjà! Facile je délimite mes cheveux en 4, je tire la raie du milieu puis deux raies jusqu’en dessous des oreilles, je divise mes cheveux en bandes égales du bas vers le haut, je suis la première ligne de coupe et le tour est joué! C’est vraiment bien expliqué!

Par respect pour vous, je ne vous donnerai pas ci-joint le tuto trouvé. Non pas parce qu’il est mauvais, mais parce que la tête de coiffe en plastique version poupée Chucky fait carrément flipper!

Organisée que je suis, je prépare mon matos:

  1. Une grande glace, je n’en ai pas! Ah si sur la porte au fond du couloir! Parfait, je m’assiérai donc par terre au fond du couloir!
  2. Un deuxième miroir pour voir ce qui se passe derrière! Mouais, le petit miroir rotatif devrait suffire. En plus il a un côté loupe… Sait-on jamais!
  3. Des ciseaux de coiffeurs. Je ne suis pas coiffeuse, en revanche je fais de la couture… J’ai donc des ciseaux de couture ,sacrément balaises d’ailleurs, même un cuir n’y résisterait pas!
  4. Un peigne fin avec une pointe pour créer les raies. Hé ho j’ai les cheveux bouclés, chez moi on ne jure que par le peigne afro!

BREF me voilà parée!

Je commence petit à petit jusqu’à la première ligne de coupe. Quand tout à coup je me rend compte que le tuto a beau être vraiment très clair, se couper les cheveux arrières toute seule demande un talent de contorsionniste que je n’avais pas mesuré jusqu’alors.

Et là c’est la cata, c’est la cata, c’est la catastrophe! J’ai déjà coupé une partie de mes cheveux sur 12 bons centimètres quand je me dis qu’il est temps que j’arrête le carnage et qu’une tierce personne vienne prendre le relais avec une vraie vision d’ensemble.  Vous vous dîtes sûrement, pourquoi ne pas avoir foncé chez le coiffeur?

Primo, parce que je suis butée, et que j’aime terminer ce que je commence.

Deuxio, parce que j’imaginais déjà mon « aigritude » devant les bonnes paroles sidérées de la coiffeuse qui se permettrait des réflexions pendant que je serais entrain de vomir sa couleur méchée tigrée.

« Troisio », parce que comme je vous le disais, le tuto était vraiment bon et professionnel, c’est juste qu’il était destiné à une personne coupant les cheveux d’une autre, et non d’une personne se pensant capable de couper ses propres cheveux à la verticale le bras replié vers l’arrière à 90°.

Situation de crise, j’appelle à la rescousse ma petite sœur sans trop lui en dire. Le capillaire est un sujet délicat au sein du foyer. Voilà, en gros, ce qui en est ressorti!

Entre temps, je préviens aussi une amie du massacre et l’appelle à la rescousse au cas où…

 

Ma sœur arrive. Elle commence par s’énerver et me demande, forcément, pourquoi je ne vais pas chez le coiffeur pour rattraper le tir?

Chose à laquelle je lui expose mon primo, deuxio, tertio! Elle me prévient: « si je me foire je te préviens tu m’engueules pas! Et puis tu n’as pas d’autres ciseaux? Tu es sérieuse là! Ils sont énormes! »

Je promets que je ne crierai pas, et lui montre les étapes une par une pour réussir à finir ce f***u coupage de pointes.

Entre temps mon amie arrive! Les voilà, à deux, sur mon rattrapage de coupe! Quand soudain, je réalise que mon amie commence à se la jouer Edward aux mains d’argent, virevoltant entre mes mèches de cheveux à petits coups de ciseaux incisifs et rythmés! Donnant des indications à ma sœur telles que « là encore une chtouille! Hummm ce n’est pas tout à fait droit attends! Encore ici! Voilà! », je vois qu’elle prend son rôle à cœur!

Des derniers coups de ciseaux, un final pas si mauvais, et surtout des bons rires nerveux!

Le lendemain, j’expose fièrement ma nouvelle coupe à la naine qui m’avait menée à cet épisode. Celle-ci n’a pas franchement l’air d’y porter de l’importance! Ah la jeunesse! À t-elle au moins conscience de l’ampleur du travail réalisé?

Résultat des comptes, j’ai beau penser qu’au même titre que les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés, les coiffeuses sont toujours les moins bien coiffées, il vaut mieux éviter de se lancer seule! Avec une copine un peu manuelle et adroite, en revanche, cela se tente!

Bon ok… j’irai égaliser tout ça d’ici quelques mois!